vendredi 3 février 2017

Quels sont les meilleurs films italiens de 2016 ?

SONDAGE – Les lecteurs de Caro cinema ont voté : découvrez le top 3 de l’année.


"Fais de beaux rêves" ("Fai bei sogni") de Marco Bellocchio, avec Valerio Mastandrea et Bérénice Bejo

Le maître Marco Bellocchio, 77 ans, tient toujours le haut du tableau. Son dernier coup d'éclat, Fais de beaux rêves, a été élu par les lecteurs du blog meilleur film italien sorti en France en 2016. Avec 50 % des suffrages.

Massimo, interprété par l'impeccable Valerio Mastandrea, retourne dans l'appartement de son enfance et affronte de vieilles blessures : à l'âge de 9 ans, il perdit sa mère dans des circonstances mystérieuses.

mercredi 25 janvier 2017

"Les Confessions" : sermon au pouvoir économique

SORTIE FRANÇAISE – Après Viva la libertà, le réalisateur Roberto Andò s'attaque à nouveau aux politiques. Une mise en scène du secret réussie, mais qui manque de corps.


Toni Servillo dans "Les Confessions"
Toni Servillo en moine, Daniel Auteuil en directeur du FMI. Joli point de départ. Dans un hôtel perdu quelque part en Allemagne, un séminaire réuni les ministres des plus grandes puissances économiques. Leur but reste mystérieux. Mais il est mis à mal lorsque leur leader se suicide après s'être confessé.

dimanche 1 janvier 2017

Votez pour le meilleur film italien de 2016

SONDAGE - Un mois pour élire l’œuvre de l'année.


Caro cinema vous présente ses meilleurs vœux pour 2017 ! Et en profite pour lancer son traditionnel sondage.

Comparée à 2015, l'année 2016 fut calme, avec 14 films italiens sortis en France. Mais elle nous a réservé de jolis moments, grâce à Paolo Virzì, Marco Belllocchio ou Gianfranco Rosi... Élisez votre long-métrage préféré, à l’aide du module ci-contre (à droite).

dimanche 27 novembre 2016

34e Torino Film Festival, de la comédie aux documentaires

FESTIVAL -  La fête turinoise du 7e art a couronné hier le film chinois Juan Zeng Zhe (The Donor) de Qiwu Zang, laissant encore une fois les Italiens bredouilles. Ce qui n'enlève rien à la variété de la sélection, hors compétition. Retour sur quelques longs métrages transalpins présentés lors de cette semaine de cinéma.


Slam – Tutto per una ragazza d'Andrea Molaioli. Section Festa mobile

Inspiré du best-seller de Nick Hornby, Slam a le charme des bonnes comédies italiennes actuelles. Avec un sujet fort : la parentalité précoce. La vie du protagoniste, Sam, 16 ans, bascule lorsque sa petite amie tombe enceinte. Il se réfugie dans sa passion pour le skate et la star de la discipline, Tony Hawk.

lundi 26 septembre 2016

Annecy cinéma italien : l'heure des adieux

FESTIVAL – Avant l'arrivée d'une nouvelle équipe, l'événement haut-savoyard se teintait cette semaine de tristesse et rendait hommage. Sans renoncer pour autant à son rôle de découvreur de talents.


"La pelle dell'orso" de Marco Segato
La pelle dell'orso de Marco Segato rafle trois récompenses.
Ettore Scola de dos, sur sa chaise de réalisateur. L'affiche donnait déjà le ton : la 34e édition d'Annecy cinéma italien marquait des départs. Non seulement celui du Maestro, président d'honneur du festival disparu en début d'année, mais aussi de l'emblématique fondateur et délégué général, Jean Gili, qui rendait samedi son tablier.

Dans cette ambiance morose, les salles n'ont pas fait le plein. Dommage, car la programmation s'avérait, comme à son habitude, pleine d'émotions.