mardi 27 décembre 2011

"Corpo celeste" : Marta ne veut plus prier

Mère et fille doivent se réacclimater aux coutumes calabraises.
 "Je me syntonise avec Dieu, c’est la juste fréquence" chantent les enfants du catéchisme de Corpo celeste. Marta, 13 ans, prépare sa confirmation... Pourquoi ? Sa tante la pousse car elle affirme qu’il s’agit "avant tout d’un moyen pour se faire des amies". La petite blondinette esseulée revient tout juste en Calabre, sa région natale, après une enfance passée en Suisse. 

La réalisatrice Alice Rohrwacher n’est pas tendre avec la religion. Son prêtre "fait carrière, même s’il ne sait pas bien prier". Le rôle du catéchisme va au-delà du lien social : c’est un moule, où certains se coulent sans difficultés et où d’autres se perdent. Adolescente, Marta est en quête de sens, et la superficialité du système ne répond pas à ses questionnements. La douce jeune fille ne s’intègre pas. La véritable spiritualité n’est pas de mise, dans cette Italie du sud religieuse. Sublime corps céleste, elle dérive dans une dure réalité. Comme ce grand crucifix qui flotte sur l’eau, puis s’éloigne.

Le premier long métrage d’Alice Rohrwacher, formée au documentaire, est illuminé par la grâce de son actrice. L’intelligence de son scénario et la belle composition des plans complètent le tableau mystique. La réalisatrice n’accuse pas, mais peint les difficultés à grandir sereinement.

Corpo celeste d’Alice Rohrwacher, sortie en France ce mercredi 28 décembre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire