jeudi 12 avril 2012

"Diaz", le G8 de l’horreur

SORTIE ITALIENNE - Daniele Vicari revient sur les violences de 2001.


Du côté des policiers qui firent irruption dans l'école Diaz  transformée en dortoir, on retrouve l'acteur Claudio Santamaria.
Du côté des policiers qui firent irruption dans l'école Diaz
transformée en dortoir, on retrouve l'acteur Claudio Santamaria.
 Si l’Italie se refuse encore à affronter ses années fascistes, elle ne rechigne pas à aborder son histoire plus récente. Ainsi, après le film polémique Romanzo di una strage sur le massacre de piazza Fontana, c’est à présent au G8 de Gênes en 2001 que s’intéresse le cinéma. 

Le déjà controversé Diaz, dans les salles italiennes demain, met en scène les émeutes altermondialistes et la répression sanglante des forces de l’ordre.

 Luca (Elio Germano), journaliste bolonais, parcourt une ville sous le choc, après l'annonce de la mort d'un étudiant pendant les affrontements. Le réalisateur Daniele Vicari a souhaité levé le voile sur ce qui fut qualifié par Amnesty International de "la plus grande atteinte des droits démocratiques dans un pays occidental depuis la Seconde Guerre mondiale".

Dans un registre bien plus léger, ce week-end on trouve également à l’affiche en Italie le premier long métrage de Laura Morante, Ciliegine (La Cerise sur le gâteau)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire