jeudi 10 mai 2012

Nanni Moretti : petit manuel pour l’utilisateur cannois (3)

Nanni Moretti dans "Chacun son cinéma"
Court métrage Chacun son cinéma

3) La fonction "autarcie"


Pas de place au compromis. Têtu jusqu’au bout de la bobine, Nanni Moretti impose ses goûts cinématographiques. Ses films en disent long : outre la suffisance de Je suis un autarcique, il devient spectateur dans Journal intime pour mieux critiquer certains de ses collègues réalisateurs. Tremble, jury : ton mot à dire, tu ne pourras placer.

L’amour inconditionnel qu’il porte à son art peut pousser ce grand homme à de basses actions. Gilles Jacob, à la tête du Festival de Cannes, a raconté au Parisien  le mauvais coup joué à la présidente Isabelle Adjani en 1997 : "Nanni Moretti, qui est un génie de la manipulation, a changé d'avis au dernier moment en lui faisant croire qu'il voterait pour le candidat qui avait ses faveurs. Elle a été un petit peu mystifiée."

Cinéaste, il est devenu distributeur et producteur en créant la Sacher Film en 1987. Une mine d’or pour mieux comprendre ses préférences. Mieux vaut, cher Cannois, que toi aussi tu apprécies Abbas Kiarostami, Matteo Garrone et Ken Loach (tous en compétition cette année). Car, n'en doute pas, ton opinion n'aura que peu de poids.


Pour en savoir plus À suivre :  4) Le poids des mots

À lire aussi : 1) Mise en route,
2) La fonction "sexy"

     

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire