lundi 17 décembre 2012

Antonio Albanese, Silvio Berlusconi, même combat

BOX-OFFICE – Dans les salles italiennes, la pseudo-parodie politique Tutto tutto niente niente rafle la mise.


Tutto tutto niente niente, avec Antonio Albanese
Tutto tutto niente niente, avec Antonio Albanese.
Le comique et acteur Antonio Albanese reprend du service au cinéma : après Qualunquemente, les Italiens peuvent se farcir Tutto tutto niente niente. Soit "Tout tout rien rien". On pencherait plutôt pour le rien.

Sous couvert d’un but noble, celui de dénoncer les frasques de certains politiques, Albanese se met à leur niveau de vulgarité et déclenche nombre de fous rires gras.

Le débat demeure au ras des pâquerettes. Vu de l’étranger, c’est effarant. Mais intra-muros, ça fonctionne : Tutto tutto niente niente, pour son premier week-end d’exploitation, s’empare de la deuxième place du box-office (2,3 millions d’euros), derrière Le Hobbit.

Là est bien le drame du cinéma italien. S’il n’a jamais perdu en créativité (bénis soient Moretti, Crialese et autres Garrone), il peine à retrouver un public exigeant.




Pour en savoir plus
Tutto tutto niente niente ("Tout tout rien rien") de Giulio Manfredonia, sortie italienne jeudi 13 décembre. Avec Antonio Albanese, Lorenza Indovina, Nicola Rignanese...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire