vendredi 12 avril 2013

Bellocchio au bois dormant

SORTIE FRANÇAISE – Touchée par la grâce, La Belle endormie (Bella addormentata) pousse à la réflexion sur l’euthanasie, malgré un scénario décevant.


Isabelle Huppert en mère souffrante, dans La Belle endormie (Bella addormentata) de Marco Bellocchio
Isabelle Huppert en mère souffrante, dans La Belle endormie.
Bien d’autres raconteraient l’affaire Eluana Englaro frontalement. Marco Bellocchio, lui, choisit le prisme d’autres personnages. Nous sommes en 2009 et l’Italie se divise : la famille d’une femme en état végétatif depuis 17 ans demande juridiquement l’arrêt de l’alimentation artificielle.

Comme dans Vincere, le cinéaste mêle histoire et fiction. Avec le même talent visuel et des plans toujours aussi finement construits. Bellocchio parle d’amour et de sacrifice, laissant le sacré toucher son image.

 La Belle endormie, en puissance, aurait été un nouveau chef d’œuvre. Las, la faute à une mauvaise écriture, ces personnages sonnent faux et laissent pointer l’ennui. Le coup de foudre d’un couple au comptoir d'un café, le médecin qui tombe amoureux de sa patiente droguée, le politicien qui démissionne par respect pour ses convictions… Impuissants, les acteurs de choc (Toni Servillo,Isabelle Huppert, Alba Rohrwacher, Maya Sansa) ne sauvent le scénario de ses clichés et de son invraisemblance.

Le titre original, Bella addormentata, est en italien celui du conte La Belle au bois dormant. On concèdera à cette princesse des charmants sursauts, mais aucun prince ne vient réveiller les sublimes lieux engourdis.

 


Pour en savoir plus
La Belle endormie (Bella addormentata) de Marco Bellocchio, sortie française mercredi 10 avril 2013. Avec Toni Servillo, Isabelle Huppert, Alba Rohrwacher, Maya Sansa

À lire également : "Un film de Bellocchio sur l’euthanasie,
Bellocchio censuré par le Frioul ?
,
La bella addormentata : Isabelle Huppert rejoint Bellocchio dans le Frioul

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire