dimanche 18 août 2013

Jasmine Trinca, l'Italienne à l’assaut du cinéma étranger

PORTRAIT - Elle présentait cette semaine à Locarno un film français, Une autre vie... Après un parcours italien, puis européen, l'actrice se lance maintenant à la conquête d'Hollywood.


Elle est Madame Tout le monde. Jolie, mais pas d’une beauté fatale à la Monica Bellucci. Réservée, non extravagante. En couple avec son camarade de fac, pas avec une star... Mais derrière cette apparente simplicité, la petite Romaine Jasmine Trinca est l'une des actrices les plus en vogue de son pays.  
 
Jasmine Trinca dans La Chambre du fils
La Chambre du fils

Papa Moretti 


En 2001, elle n’est encore qu’au lycée quand Nanni Moretti vient faire des auditions pour le rôle de la fille de Giovanni dans La Chambre du fils. Elle n’a jamais voulu être actrice, mais adore les films du cinéaste… Pour lui, elle se présente au casting et charme le réalisateur.

La voilà embauchée, embarquée dans le monde du Septième art. Le film décroche la Palme d'or 2001. Nanni Moretti change sa vie, devient presque un père pour elle mais la pousse fermement à continuer ses études. Elle s’inscrit alors en archéologie (et y rencontre son compagnon). Une intellectuelle : Moretti est fière d’elle.

Sans jamais avoir pris des cours d’interprétation, Jasmine est contactée par des réalisateurs. Marco Tullio Giordana lui propose d’être la Giulia de Nos meilleures années... Elle est à bonne école et se forge un nom dans le milieu.  

Michele Placido lui donne un rôle dans Romanzo criminale et Giovanni Veronesi lui permet de se lancer dans un genre nouveau pour elle, la pure comédie romantique populaire, avec Leçons d’amour à l’italienne... Quel que soit le personnage, Jasmine Trinca livre avec nuances ce qu'elle a de plus profond. "Je me fie beaucoup à mon instinct : pour moi ce qui compte, c'est le moment, la vérité que j'essaye d'exprimer quand je tourne." (film.it)

Son charisme continue de faire effet. Ne voulant plus se séparer d’elle, les cinéastes la rappellent : elle retrouve Moretti pour Le Caïman en 2006, puis Placido pour Le Rêve italien en 2009.

 
Jasmine Trinca dans Ultimatum
Ultimatum

De l’Italie à la France   


Peu à peu, on commence à parler de Jasmine Trinca de l’autre côté des Alpes. Alain Tasma (réalisateur de Nuit noire) ne trouve pas de Française qui puisse l'émouvoir autant pour interpréter le premier rôle féminin d’Ultimatum, et il lui offre de se joindre à l’aventure.

Coup de chance pour le cinéaste, elle accepte – la demoiselle étant pourtant connue pour ses nombreux refus. Le script est modifié pour faire de son personnage une Franco-Italienne : Jasmine sera Luisa. Ultimatum sort dans les salles française en septembre 2009, mais le film n’est pas programmé en Italie.

Dans la péninsule, ses compatriotes s'étonnent alors de la voir remporter le prix Marcello Mastroianni 2009 à Venise : Jasmine Trinca a déjà fait ses preuves depuis longtemps et cette distinction est traditionnellement remise à des débutants.

Qu'importe, cette distinction amorce une pause pour l'actrice, qui accouche d'une petite Elsa. Elle mûrit. "Après mon premier film, tout a changé et beaucoup de mes rêves se sont réalisés. Mais le plus important est celui d'avoir une fille", raconte-elle à La Repubblica. Un bonheur tranquille, qu'elle interrompt seulement pour le cinéma français en 2011 : elle participe à L'Apollonide (Souvenirs de la maison close) de Bertrand Bonello et se plaît à interpréter une prostituée désinhibée. Dans la presse italienne, elle vante les mérites du cinéma étranger, qui offre de meilleurs rôles féminins.


Jasmine Trinca dans Un giorno devi andare de Giorgio Diritti
Un giorno devi andare de Giorgio Diritti

La nouvelle Jasmine


Mais en 2012, un drame ébranle sa vie : Jasmine Trinca perd sa mère, qui l'avait élevée seule. En deuil, elle fuit en tournage une semaine plus tard.

Avec le réalisateur Giorgio Diritti, elle se consacre au film Un giorno devi andare ("Un jour tu dois partir") en Amazonie, pendant trois mois. L'expérience l'aide à dépasser sa douleur.

Plus forte, la Romaine reprend le chemin des plateaux... et des festivals. Miele de Valeria Golino passe par la section Un certain regard 2013 de Cannes, Une autre vie d'Emmanuel Mouret concourt à Locarno.

Pourquoi s'arrêter en si bon chemin ? 2013 est une année faste. Jasmine Trinca s'essaye en ce moment à la grosse production hollywoodienne. Elle interprète l'épouse de Javier Bardem et est l'objet des désirs de Sean Penn, dans le thriller The Gunman... Le tout devant la caméra de Pierre Morel (Taken).

Reste à espérer que les majors américaines n'ôteront à l'Italienne ni son naturel déroutant, ni sa générosité singulière.




À lire également : Jasmine Trinca fuit en Amazonie
Riccardo Scamarcio et Valeria Golino : Miele, une histoire d’euthanasie
Leçon d’anglais à l’italienne, dans Romanzo criminale

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire