jeudi 27 mars 2014

"Sacro GRA" : les destinées d’un périph’

SORTIE FRANÇAISE / CRITIQUE – Primé à la Mostra de Venise, le documentaire dévoile une autre face de Rome.


"Sacro GRA" de Gianfranco Rosi
Les voitures filent, dans un flot continu. Les automobilistes ne se doutent pas, pourtant, que la vie grouille. Alors, Gianfranco Rosi pose sa caméra tout autour du périphérique, pour rendre hommage à la population locale. Adepte des plans fixes finement composés (comme ceux montrant des familles à travers la fenêtre de leur modeste appartement), le réalisateur raconte le Grande Raccordo Anulare (GRA) de Rome.

Un spécialiste observe les palmiers et les dégâts des insectes. Deux gogo-danseuses enfilent leurs tenues provocantes avant de monter sur le comptoir d’un bar. Une jeune femme explique à son père vieillissant qu’il ne doit pas s’inquiéter si elle n’a pas encore rencontré l’homme de sa vie : "C’est le destin, c’est écrit." Quant à l’ambulancier local, il s’occupe de sa mère qui perd la tête, mais ne manque pas de tendresse.

Les histoires s’alternent, loin de l’agitation de la route – pourtant présente au quotidien. Pas sordides, parfois drôles, elles reflètent avec affection la vie de banlieue, hors des soirées huppées de la capitale, ses grands effets de style. Il y a un peu de nous, dans ce GRA. Et un sacré esthétisme. Si ce documentaire ne marquera pas l’histoire, il touche assez pour mériter le Lion d’or 2013, qui lui a été décerné lors du dernier festival de Venise.



Pour en savoir plus
Sacro GRA de Gianfranco Rosi, sortie française mercredi 26 mars 2014.

À lire également : 70e Mostra : enfin un palmarès italien !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire