lundi 19 mai 2014

Famille, religion et politique : Daniele Luchetti combat
sur tous les fronts

FILMS À VENIR – Si Ton absence (Anni felici) sort dans les salles françaises le 28 mai, le réalisateur reprend déjà la caméra pour un biopic du pape François et une comédie inspirée de Berlusconi.


Dans Mon frère est fils unique, le cinéaste alliait
déjà ses thèmes de prédilection.
"Sans doute, ces années étaient heureuses. Dommage qu’aucun de nous ne s’en soit rendu compte." Il faut du courage et de l’humour,  pour transposer l’histoire familiale à l’écran. Daniele Luchetti s’est lancé dans un film très personnel, Ton absence. Kim Rossi Stuart incarne son père, artiste aux mœurs libérées, et Micaela Ramazzotti sa mère, désemparée face à l’exubérance de son époux.

Le cinéaste donne charme et couleur à tout ce qu’il touche. Après un passage au festival de Toronto et une sortie italienne en octobre dernier, le film sera présenté dans les salles françaises mercredi 28 mai.

Daniele Luchetti, lui, planche déjà sur deux autres projets. Cet été, il s’envolera pour l’Argentine afin de réaliser un biopic du pape François. La nouvelle a été annoncée par Variety. L’article précise que le long métrage, au budget confortable de 12 millions de dollars et tourné en langue espagnole, sera intitulé Call me Francesco. Les prises de vue se poursuivront en Allemagne et en Italie.

Le cinéaste devrait enchaîner dès octobre avec la comédie Anche i ricchi servono ("Même les riches peuvent servir"). Le scénario s’inspire directement des travaux d’intérêt général effectués par Silvio Berlusconi. Comme dans Le Porteur de serviette, que Daniele Luchetti a réalisé en 1991, la vie de l’homme politique sera insinuée, sans citer son nom. Dans une interview à La Repubblica, le réalisateur s’explique : "Ce qui frappe en voyant Berlusconi à l’hospice, c’est l’idée que quelqu’un, de façon définitive, ait comme peine l’obligation de créer un rapport humain."


Pour en savoir plus
À lire également : Les heureuses années de Daniele Luchetti
Les pleurs d’Elio Germano dans "La nostra vita"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire