mercredi 11 février 2015

"Les Merveilles" : là, tout n’est que famille, nature et volupté

SORTIE FRANÇAISE – À 34 ans, Alice Rohrwacher revient à ses racines, sous le soleil du Sud. Une réalisatrice touchante, à suivre attentivement.


"Les Merveilles" ("Le meraviglie") d'Alice Rorhwacher
"Certaines choses ne peuvent pas s’acheter." Wolfgang reste en marge de la société de consommation, avec ses quatre filles, sa femme et sa sœur. La famille vit humblement dans la campagne d’Ombrie, en s’occupant de ruches.

Mais à l’aube de l’adolescence, Gelsomina rêve d’une autre vie. Ce monde que son père rejette, elle veut le pousser à y mettre un pied en participant à l’émission de télé-réalité "Le pays des Merveilles".
Les paysans y présentent leurs produits et leurs talents, brillamment costumés. Une révolution dans le  quotidien paisible, qui se déroule aux rythmes de la nature.

Avec autant de douceur et de poésie que dans Corpo celeste, Alice Rohrwacher raconte la vie loin des grandes villes, pleine d’amour, de couacs, d’espérance, de difficultés et de rires. De la pure poésie, dit-on. Beaucoup de douceur et de naturel, surtout, pimentés par un brin de fantastique avec l’apparition de Monica Bellucci grimée en reine de show télévisée ou l’arrivée surréaliste d’un chameau.

Grand Prix du jury à Cannes, Les Merveilles dépayse et apaise. Alice Rohrwacher filme sa sœur Alba (dans le rôle de la mère) avec le cœur ouvert et l’envie de vérité. On piochera çà et là quelques bribes autobiographiques – un père allemand apiculteur, une mère originaire d’Ombrie… – mais on retiendra surtout l’envie de célébrer sincèrement la vie, la nature et la famille.




Les Merveilles (Le meraviglie) d’Alice Rohrwacher, sortie française mercredi 11 février 2015. Avec Maria Alexandra Lungu, Sam Louwyck, Alba Rohrwacher, Monica Bellucci

À lire également : Cannes 2014 : Alice Rohrwacher au pays des Merveilles
"Corpo celeste" : Marta ne veut plus prier

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire