mardi 2 juin 2015

Valerio Mastandrea pleure Claudio Caligari

CARNET DE DEUIL – Discret, le réalisateur d’Amore tossico s’est éteint le 26 mai dernier. Son ami et collaborateur, Valerio Mastandrea, lui rend hommage.


Valerio Mastandrea dans "L'odore della notte" de Claudio Caligari
On le connaissait peu. Il n’avait réalisé que trois films, dont le dernier demeure au stade de post-production. Claudio Caligari, 67 ans, cinéaste underground, est parti vers d’autres cieux, mardi 26 mai.

"Je meurs comme un con", avait-il confié à l’ami Valerio Mastandrea.
Un ami, mais aussi un compagnon artistique de longue date, puisque l’acteur tenait le rôle principal de L’odore della notte, deuxième long métrage du réalisateur, en 1998 (extrait ci-dessous). Puis, lorsque Claudio Caligari a cherché le financement pour son dernier né, Valerio Mastandrea s’est adressé en personne à Martin Scorsese, dans une lettre ouverte. Avant de produire lui-même le film, intitulé Non essere cattivo.

"Je meurs comme un con", parce qu’il n’avait que peu d’œuvres à son actif. Mais son ami ne le laisse pas se dévaloriser et, dans un long texte publié sur Tumblr, lui rend hommage. Remémorant les longues batailles d’un homme pour pouvoir, toujours, faire vivre son art.

Et cette chute, poignante :
"Claudio : "S’il y a un au-delà, je suis foutu." Valerio rit.
Bon voyage, cher ami. S’il y a de la pellicule, tu n’es pas du tout foutu."



Pour en savoir plus
À lire également :
Texte intégral de Valerio Mastandrea (en italien) : Addio a Claudio Caligari, il ricordo è di Valerio Mastandrea: "Se c'è un aldilà sono fottuto"
Merci à Sylvie Jouvert de nous l’avoir signalé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire