mardi 21 juillet 2015

"La bella gente" enfin au cinéma !

SORTIE ITALIENNE – En France, le film d’Ivano de Matteo figurait à l’affiche dès 2011 et recevait des critiques élogieuses. En Italie, la bataille a été longue, mais La bella gente est finalement programmé pour le 27 août 2015.


"La bella gente" d'Ivano de Matteo, avec Elio Germano
L’acteur Elio Germano n’avait pas encore reçu la Palme à Cannes pour son interprétation dans La nostra vita. Le réalisateur Ivano de Matteo n’avait pas encore connu le succès de Nos Enfants et Les Équilibristes. Pourtant, ce petit film tourné en quatre semaines méritait le détour. En 2009, le Festival du cinéma italien d’Annecy ne s’y était pas trompé et décernait son Grand prix à La bella gente (Les Gens bien). Une tournée dans les lycées, une victoire à Bastia et une sortie dans les salles françaises ont suivi.

Mais côté italien, niente.
Ivano de Matteo a péniblement ramé, pendant des années, pour la reconnaissance dans son propre pays. "Je me contenterais d’une distribution en dix copies. Au moins, ce serait au public de juger", racontait-il à La Stampa en 2009.

Aujourd’hui, la persévérance paye. Sur Twitter, le réalisateur explose en annonçant sa programmation : "Enfin !!! Après une longue bataille, La bella gente sortira dans les cinémas le 27 août. Du bonheur à l’état pur !!!" L’institut Luce Cinecittà distribuera le film.

Un bien étrange cas : pour ses nouveaux projets, Ivano de Matteo n’a plus de soucis pour trouver des producteurs et des distributeurs. Il s’agit pourtant de son chef-d’œuvre.

La bella gente s’attaque à un couple de quinquagénaires, elle psychologue travaillant dans un centre contre la violence faite aux femmes, lui architecte. Des bien-pensants, aux convictions fortes. En vacances dans leur résidence secondaire, ils recueillent une jeune prostituée russe. Mais sa présence bouleverse leur quotidien et la générosité atteint vite ses limites.



Pour en savoir plus

La bella gente d’Ivano de Matteo, sortie italienne jeudi 27 août 2015. Avec Monica Guerritore, Antonio Catania, Victoria Larchenko, Elio Germano, etc.

À lire également : Charité mal ordonnée, dans "La bella gente"
"Les Équilibristes" : Valerio Mastandrea marche sur un fil
"Nos Enfants" : parents au supplice

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire