lundi 28 septembre 2015

"Last Summer" touche le cœur d’Annecy, malgré les remous

FESTIVAL / ANNECY CINÉMA ITALIEN 2015 – Découvrez le palmarès d’une édition marquée par des découvertes intéressantes... et une polémique : passera-t-on à une biennale ?


On retiendra de ce festival une belle agitation. Du discours d’ouverture du maire, Jean-Luc Rigaut, annonçant des "changements"; à la pique du délégué général, Jean Gili, lors du palmarès, concernant sa mise à l’écart de toute réflexion et de tout avenir du festival… Ce dernier a même été appuyé sur scène par Ettore Scola, président d’honneur. La guerre est déclarée.


Annecy Cinéma Italien, 33e du nom, pourrait bien ne plus être annuel et changer de visage. Furieux, les aficionados ont fait entendre leurs voix. On trouve une pétition en ligne : cliquez ici.
Une biennale risquerait d’éteindre l’importance d’Annecy, notamment du côté des professionnels italiens. Son concurrent, le festival de Villerupt, développe, lui, une notoriété constante… La manifestation haut-savoyarde mériterait donc un certain renouveau, afin d’attirer un public plus vaste que des retraités passionnés et de nombreux scolaires.

Mais les remous de la semaine n’ont pas effacé de remarquables découvertes : les paysages de la Basilicate (Noi e la Giulia) ; le lauréat du prix Sergio Leone, Gianluca Maria Tavarelli (Una storia sbagliata) ; la rétrospective Sergio Castellitto (Nessuno si salva da solo)…

Côté compétition, des histoires de femmes ont dominé l’ensemble. Le Grand Prix 2015 revient à Last Summer de Leonardo Guerra Seràgnoli. Une mère japonaise, ayant perdu la garde de son fils âgé de 6 ans, doit lui dire au revoir en quatre jours. Ils embarquent sur un yacht au large des Pouilles. Des plans rapprochés soignés de la vie sur le bateau, comme un enfermement au milieu de l’immensité de la côte. Des visages qui lentement se détendent. Une relation qui progressivement se reconstruit. Des corps familiers qui finissent par se rapprocher. On ne peut que féliciter le jury de son choix, pour ce film tout en délicatesse et à la progression habilement construite.

Le prix spécial n’en a pas moins de teneur. Dans La terra dei santi, le réalisateur Fernando Muraca prend pour angle les femmes de la ‘ndrangheta, subissant mariages arrangés et assistant impuissantes à la mort de leurs fils… Mais elles demeurent profondément attachées à leur mode de fonctionnement. "Vous n’avez rien compris à la Calabre", répètent-elles fièrement à la juge, le cœur brisé. Enfin un film de mafia féminin, subtil et réaliste.

Le palmarès complet est à découvrir ci-dessous. Encore quelques projections et le rideau tombera mardi sur la 33e édition. En espérant des retrouvailles et des perspectives nouvelles l’an prochain.


Palmarès d’Annecy Cinéma Italien 2015
Grand Prix fiction : Last Summer de Leonardo Guerra Seràgnoli
Prix spécial du jury fiction : La terra dei santi de Fernando Muraca
Prix d’interprétation masculine : Marco Giallini dans Se Dio vuole d’Edoardo Falcone
Prix d’interprétation féminine : Sara Serraiocco dans Cloro de Lamberto Sanfelice
Prix du public : Se Dio vuole d’Edoardo Falcone
Prix Cicae : Banana d’Andrea Jublin
Grand Prix documentaire : A tempo debito de Christian Cinetto
Prix spécial du jury documentaire : Walking with Red Rhino de Marilena Moretti
Prix lycéen documentaire : A tempo debito de Christian Cinetto

À lire également : Leçon de cinéma de Sergio Castellitto : "L’histoire est le cheval de Troie dans lequel tu caches ta vision de la vie"
"Una storia sbagliata" : deuil sicilien en terres irakiennes
"Nessuno si salva da solo" : ils se sont trop aimés pour ne se point haïr
"Noi e la Giulia" : la revanche des ratés
Annecy Cinéma Italien : crise de la trentaine ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire