samedi 26 septembre 2015

"Nessuno si salva da solo" : ils se sont trop aimés pour ne se point haïr

FESTIVAL / ANNECY CINÉMA ITALIEN – Sergio Castellitto reprend la caméra pour dérouler le fil d’un grand amour - et de sa fin. Troublant résultat dans son réalisme.


"Nessumo si salva da solo" de Sergio Castellitto, avec Riccardo Scamarcio et Jasmine Trinca
Sa bouche entrouverte, elle laisse apparaitre ses dents ravagées par l’anorexie. Gros plan. Dans un élan passionnel, lui se met à les lécher. Quel bien étrange cinéaste, ce Sergio Castellitto ! On reste perplexe.

Nessuno si salva da solo ("Personne ne se sauve seul") est son dernier film en date et une nouvelle adaptation d’un roman de sa femme, Margaret Mazzantini. À Annecy, il l’a présenté comme "une autobiographie des sentiments, de l’âme, car chacun de nous peut y trouver quelque chose de sa vie".

Ses deux personnages, Delia (Jasmine Trinca) et Gaetano (Riccardo Scamarcio), dînent au restaurant et reviennent sur leur histoire dans de nombreux flash-backs, en désordre. "Nous sommes imbéciles et dépressifs", lance-t-elle. Après un mariage et deux enfants, ils se sont récemment séparés. Sergio Castellitto s’empare des moments de vie à deux et les grossit sans pudeur. Bons ou mauvais, indifféremment, tout passe à la loupe. Parfois à la limite de l’indécence.

Il s’appuie sur des acteurs en pleine forme, justes dans la tension, sobres mais puissants dans l’émotion. L’alternance entre les moments de haine et les instants d’amour accentue la puissance de grand 8 psychologique qu’est une relation amoureuse. Et qu’est le film.

Delia et Gaetano y ont cru, puis ont baissé les bras. La peur de la tromperie, les relations avec les beaux-parents, les déceptions, les épreuves de vie… Tout explose et ressort violemment, à l’écran comme dans n’importe quelle dispute. Oui, Sergio Castellitto a raison : il y a un peu de nous tous dans cette histoire à la construction intelligente. Il nous laisse dans un méli-mélo d’émotions indescriptibles. Et nous revoilà, donc, perplexes. N'est-ce pas la preuve d'une réussite ?






Nessuno si salva da solo de Sergio Castellitto, présenté à Annecy Cinéma Italien vendredi 25 septembre 2015. Avec Riccardo Scamarcio, Jasmine Trinca, Anna Galiena, Marina Rocco, Massimo Bonetti, etc.

À lire également : "Venir au monde" : l’enfant d’une guerre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire