vendredi 25 septembre 2015

"Una storia sbagliata" : deuil sicilien en terres irakiennes

FESTIVAL / ANNECY CINÉMA ITALIEN 2015 – Gianluca Maria Tavarelli, prix Sergio Leone, raconte la guerre à travers le prisme d’un amour brisé.


Il fait partie de ces cinéastes italiens mésestimés en France. Le Turinois Gianluca Maria Tavarelli affiche pourtant un joli CV, qui lui vaut cette année le prix Sergio Leone – décerné par le festival Annecy Cinéma Italien pour l’ensemble de son œuvre. On s’arrêtera ici sur son dernier opus, Una storia sbagliata (mais il a aussi réalisé la série télé Montalbano, les premières enquêtes ou les longs métrages Non prendere impegni stasera, Portami via, etc.).


Nous voilà entre l’Irak et la Sicile. Après le décès de son mari soldat, Stefania (Isabella Ragonese) décide de partir sur les traces du drame. Elle s’engage comme infirmière humanitaire, mais garde en tête un seul objectif : rencontrer la famille du kamikaze qui l’a arraché à son amour.
De l’amour, justement, Una storia sbagliata en déborde. En alternant le travail de deuil de
Stefania et des flashbacks sur les moments de vie du couple, le cinéaste fait mouche. Nous vivons le manque et la confusion mentale, comme elle.

Comme elle, aussi, on tente de comprendre le mal-être des soldats, qui choisissent à chaque fois de repartir en mission, mais qui ne pensent qu’à rentrer une fois sur place. Des plages de Sicile au désert irakien. Une vie sur le fil, tiraillée entre deux opposés, dans un crescendo que l'attentat vient brutalement achever.

Malgré quelques erreurs de style (l’évanouissement raté d’Isabella Ragonese vaut presque la mort de Marion Cotillard dans Batman), on s’accroche et le cœur s’emballe. Gianluca Maria Tavarelli propose un montage affuté et une composition de plans élégante, sublimée par un excellent directeur de la photographie, Marco Pieroni. À quand une sortie française ?




Una storia sbagliata de Gianluca Maria Tavarelli, présenté lors d'Annecy Cinéma Italien jeudi 24 septembre. Avec Isabella Ragonese, Mehdi Dehbi, Francesco Scianna, etc.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire