vendredi 11 septembre 2015

"Youth", l’âge en pâture

SORTIE FRANÇAISE – Malgré sa fougue visuelle qui n’est plus à démontrer, Paolo Sorrentino tourne en rond dans le portrait d’une vieillesse déprimante.


Youth de Paolo SorrentinoLas, qu’il est ardu, de réaliser deux chef-d’œuvre d’affilé ! Paolo Sorrentino ne pourra pas se vanter de cette prouesse. Après le petit bijou que fut La Grande Bellezza, il se perd dans un Youth inabouti.

En repos au sein d’un hôtel suisse perdu dans la nature, deux amis octogénaire, l’un compositeur en retraite et l’autre cinéaste, dissertent sur leur fin de vie – et leur prostate.
Au programme, balades montagnardes, piscine, massages... refus de reprendre la baguette (même pour la Reine d’Angleterre !) pour l’un, travail improductif avec des scénaristes pour l’autre.

Des artistes sur le retour, encore. Paolo Sorrentino se répète. Mais ce film-là tient plus du raté This Must the Place. Les acteurs stars (Michael Caine, Harvey Keitel, Jane Fonda, Paul Dano, Rachel Weisz) se débattent avec charme… en ne demeurant que des copies de personnages égarés, déjà vus dans les précédents films du réalisateur. La faute aux dialogues, aussi, plats, médiocrement cynique et d’une banale philosophie. Que la vieillesse semble déprimante.

Certes, on reconnaît bien là toute la créativité visuelle de Paolo Sorrentino : des corps âgés dénudés face à la force de l’âge, un concert de cloches de vaches, un Maradona obèse qui reprend de sa splendeur en jouant avec une balle de tennis. Des instants d’art qui réveillent l’œil et ravissent des émotions. Voilà la force du film, qui lui évite l’échec. Mais les scènes se collent péniblement bout à bout, sans l’élan vital de La Grande Bellezza. À trop chercher l’exploit, pointe l’ennui.

Trop facile et basé sur des acquis. Dans un face à face, Jane Fonda assène à Harvey Keitel que ses meilleurs films sont derrière lui. Paolo Sorrentino n’a que 45 ans : puisse-t-il à l’avenir ne pas manquer d’inspiration, à l’instar de ses personnages.




Youth de Paolo Sorrentino, sortie française mercredi 9 septembre 2015. Avec Michael Caine, Harvey Keitel, Rachel Weisz, Paul Dano, Jane Fonda, Alex MacQueen

À lire également : Paolo Sorrentino obtient l’Oscar et remercie Federico Fellini
"La grande bellezza" : fringante crise de la soixantaine

2 commentaires: