mercredi 20 janvier 2016

Ettore Scola passe la main

CARNET DE DEUIL – Un cœur qui s’arrête, des larmes qui coulent… mais reste un amour éternel pour le cinéma. 



Ettore Scola, Qu'il est étrange de s'appeler Federico
Torino Film Festival, automne 2012. Lorsqu’il reçoit le Grand Prix, Ettore Scola se félicite d’ajouter à sa collection "encore un objet imprésentable"... Le Maestro n’avait plus guère d’intérêt à se voir récompenser, mais il éprouvait une affection particulière pour les événements culturels. Jusqu’à exercer la fonction de président d’honneur du festival d’Annecy.

Depuis hier, on lit, ici et là, que le dernier grand maître du cinéma italien s’en est allé.
Pourtant, cet amoureux du 7e art – et de son pays – n’aurait pas aimé que l’on condamne ainsi ses héritiers. Il les a soutenus de son mieux. Source inépuisable d’inspiration, il part en leur laissant encore tout à inventer.

On ne reviendra pas, dans ce blog, sur sa riche filmographie. On ne dira pas non plus que nous l’avons tant aimé. On se contentera d’un merci pour cette affreuse beauté qu’Ettore Scola a apporté au monde, pour ces émotions particulières qu’il nous a offertes et pour ce grand bal qu’il a ouvert.

1 commentaire:

  1. Grazie Ettore Scola per tutto quello che ci hai lasciato. Riposa in pace.

    RépondreSupprimer