mercredi 14 septembre 2016

"Fuocoammare", tableau d'une brûlante Méditerranée

SORTIE FRANÇAISE – Le réalisateur de Sacro GRA revient avec un documentaire aux contrastes frappants sur l'île de Lampedusa, frontière de l'Europe.


Fuocoammare
Photo 21 Uno Film
Deux jeunes garçons jouent à fabriquer un lance-pierre. Un médecin examine une migrante rescapée des eaux, enceinte de jumeaux. Dans sa cuisine, Maria appelle la radio locale pour dédicacer une chanson à son mari. Aux larges des côtes, un homme apeuré supplie les sauveteurs de leur venir en aide.

Voici la vie à Lampedusa. Divisée entre le quotidien tranquille d'une petite île italienne de pêcheurs et l'horreur se tramant en mer pour les Africains.

Le réalisateur Gianfranco Rosi, déjà honoré d'un Lion d'or en 2013 à Venise pour Sacro GRA, décroche cette fois un Ours d'or à Berlin. Son Fuocoammare rappelle le Terraferma du compatriote Emanuele Crialese : même île, même thème, même choc des cultures. Le style, toutefois, n'a rien à voir. Rosi se détache des couleurs ensoleillés et de la fiction. En documentariste aguerri, il choisit la réalité brute pour nous transpercer le cœur.

Là, les mondes des migrants et des locaux ne se croisent jamais. Du montage alterné, naît un douloureux contraste et les images de souffrance n'en sont que plus choquantes. Seul lien, le médecin : des graves problèmes de santé des rescapés, il passe aux sympathiques crises d'angoisse d'un petit Italien. Drôle de planète.

Un film parfois long, éprouvant, qui ouvre le regard sur ce qu'on aimerait éviter. Un film nécessaire.




Fuocoammare, par-delà Lampedusa de Gianfranco Rosi, sortie française mercredi 28 septembre 2016. Documentaire Ours d'or 2016 à Berlin.

À lire également : 70e Mostra : enfin un palmarès italien !
Sacro GRA : les destinées d’un périph’
Terraferma, la possibilité d’une île

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire